Description des données : Bitcoin

Lecture des données

Description de la base de données Bitcoin

Les données décrivent l’évolution du prix journalier du Bitcoin sur la période du 31/12/2014 au 15/05/2018. Les données sont publiques et disponibles sur le site de Yahoo finance (https://fr.finance.yahoo.com/quote/BTC-EUR/history?p=BTC-EUR).

if(!("sageR" %in% installed.packages())){install.packages("sageR")}
library(sageR)
data(bitcoin)

Quelques statistiques descriptives du fichier de données

summary(bitcoin)
#>       Date                        Bitcoin       
#>  Min.   :2014-12-31 00:00:00   Min.   :  149.9  
#>  1st Qu.:2015-11-04 00:00:00   1st Qu.:  300.1  
#>  Median :2016-09-06 00:00:00   Median :  585.2  
#>  Mean   :2016-09-06 10:27:09   Mean   : 2125.1  
#>  3rd Qu.:2017-07-11 00:00:00   3rd Qu.: 2328.6  
#>  Max.   :2018-05-15 00:00:00   Max.   :16376.3

Application pratique. Analyse des séries temporelles avec R : un exemple sur le Bitcoin.

Remarques préliminaires

Dans l’exemple qui suit, on s’intéresse à la modélisation des rendements journaliers du Bitcoin.

Pour faciliter la compréhension, quelques commentaires sont fournis pour l’interprétation des résultats.

Etape 1.- Visualisation des données

La commande View permet d’afficher rapidement à l’écran la série en entier.

View(bitcoin)

On peut également n’afficher que le début et bien que la fin. Dans ce cas, il faut taper les commandes suivantes :

head(bitcoin)
#> # A tibble: 6 x 2
#>   Date                Bitcoin
#>   <dttm>                <dbl>
#> 1 2014-12-31 00:00:00    265.
#> 2 2015-01-01 00:00:00    263.
#> 3 2015-01-02 00:00:00    265.
#> 4 2015-01-03 00:00:00    241.
#> 5 2015-01-04 00:00:00    223.
#> 6 2015-01-05 00:00:00    230.
tail(bitcoin)
#> # A tibble: 6 x 2
#>   Date                Bitcoin
#>   <dttm>                <dbl>
#> 1 2018-05-10 00:00:00   7037.
#> 2 2018-05-11 00:00:00   7100.
#> 3 2018-05-12 00:00:00   7280.
#> 4 2018-05-13 00:00:00   7264.
#> 5 2018-05-14 00:00:00   7174.
#> 6 2018-05-15 00:00:00   7064.

Comme le montrent les sorties R, le fichier a deux séries : Date et Bitcoin (attention de bien respecter les lettres majuscules et minuscules).

Etape 2.- Représentation graphique

Il est nécessaire de transformer l’objet bitcoin en une série temporelle.

Pour ce faire, on appelle le package xts. Puis, on définit une série temporelle, appelée ici coin que l’on peut représenter par la fonction plot.

if(!("xts" %in% installed.packages())){install.packages("xts")}
library(xts)
#> Le chargement a nécessité le package : zoo
#> 
#> Attachement du package : 'zoo'
#> The following objects are masked from 'package:base':
#> 
#>     as.Date, as.Date.numeric
coin <-xts(bitcoin$Bitcoin, order.by = bitcoin$Date)
plot(coin)

Commentaire

Le graphique montre deux tendances : une première tendance exponentielle de 2014 jusqu’au débit de l’année 2017, et une décroissance exponentielle jusqu’à la fin de la période. Par ailleurs, la série semble avoir plus de volatilité en 2017 et 2018.

La présence des tendances suggère que la série étudiée a peu de chances d’être stationnaire en moyenne.

De plus, les différences de variabilité (avant et après 2017) suggère qu’elle n’est pas non plus stationnaire au second-ordre (c’est-à-dire que la variance et les covariances entre les observations ne sont pas stationnaires).

Etape 3.- Transformation de la série en log

On transforme la série en log pour réduire sa volatilité (une des transformations appartenant à la famille des transformations de Box-Cox).

lcoin=log(coin)
plot(lcoin)

La transformation en log a deux effets.

  • Tout d’abord, nous « linéarisons » les tendances.
  • Ensuite, nous homogénéisons la variabilité de la série sur toute la période.

Etape 4.- Décomposition de la série

Sous R, une manière simple d’obtenir une décomposition d’une série consiste à utiliser la fonction decompose. On suppose ici que la saisonnalité est a-priori hebdomadaire dans la mesure où nous travaillons sur des données journalières frequency = 7.

Par ailleurs, l’hypothèse est faite d’une décomposition additive.

if(!("forecast" %in% installed.packages())){install.packages("forecast")}
library(forecast)
#> Registered S3 method overwritten by 'quantmod':
#>   method            from
#>   as.zoo.data.frame zoo
ts_lcoin = ts(lcoin, frequency = 7)
decompose_lcoin = decompose(ts_lcoin, "additive")
plot(as.ts(decompose_lcoin$seasonal))

plot(as.ts(decompose_lcoin$trend))

plot(as.ts(decompose_lcoin$random))

plot(decompose_lcoin)

Le graphique montre les différentes composantes. Celle qui est aléatoire est en réalité « pseudo-aléatoire » dans la mesure où elle contient également les composantes périodiques et quasi-périodiques de la série.

L’analyse de la saisonnalité sur des données journalières est plus complexe que le fait de simplement supposer que toutes les fins ou début de semaine un événement est susceptible de se répéter.

Cela mérite une attention particulière, notamment s’il est question ensuite de désaisonnaliser la série.

On peut avoir tout type de saisonnalité : mensuelle, annuelle, hebdomadaire, etc.

Dans ce cas, il faut crééer des variables indicatrices (dummies) correspondant aux effets recherchés, puis filtrer la série d’origine à partir d’une régression. Ce point n’est pas développé ici.

En effet, les achats et les ventes de Bitcoin se font en continu, sans fermeture du marché.

Ce marché est moins « structuré » que les marchés d’actifs. Il faut donc être prudent pour ne pas filtrer une composante saisonnière inexistante.

Etape 5.- Stationnarisation de la moyenne de la série

On commence par définir le rendement à partir de la série d’origine (première ligne).

Puis on ligne omet la valeur manquante de la première observation (après le calcul des rendements).

Le graphique de la série est obtenu grâce aux fonctionalités du package zoo (une autre manière d’obtenir le graphique d’une série temporelle, au lieu de faire appel à la librairie xts.

rlcoin =diff(log(coin),lag=1,differences=1)  
rend <- rlcoin[!is.na(rlcoin),]
if(!("zoo" %in% installed.packages())){install.packages("zoo")}
library(zoo)
my.panel <- function(...) {
  lines(...)
  abline(h=0)
}
plot(zoo(rend,as.Date(bitcoin$Date)), xlab="Temps", main="Rendements journaliers", panel=my.panel, col=c("black", "blue")) 
#> Warning in zoo(rend, as.Date(bitcoin$Date)): some methods for "zoo" objects do
#> not work if the index entries in 'order.by' are not unique

Le graphique montre des pics (vers le haut et vers le bas) dans la variance des rendements.

Le fait d’avoir calculé la différence premère met la moyenne des rendements à zéro.

Globalement à partir de 2017, la variabilité des rendements semble plus importante que durant les années précédentes. Ces observations suggèrent qu’il est probable que nous ayons stabilisé la moyenne et la variance (non conditionnelles) de la série.

En revanche, il est probable que la variance conditionnelle ne soit pas stable dans le temps.

La stationnarité de la moyenne et de la variance, non conditionnelles, peut être étudiée en appliquant un test de racine unitaire. Le rejet de l’hypothèse de racine unitaire permettrait de conclure que la série d’origine (en log niveau) filtrée de sa composante de racine unitaire est un processus de bruit blanc stationnaire au second ordre.

Faisons le test sous R. Il faut pour cela télécharger le package urca.

if(!("urca" %in% installed.packages())){install.packages("urca")}
library(urca)

Un exemple simple d’application est le test ADF. Dans les arguments de la fonction ur.df, on peut choisir un modèle sans constante ni trend, un modèle avec constante seulement (drift), ou un modèle incluant une tendance linéaire. Les résultats peuvent être affichés grâce à la fonction summary.

df1 = urca::ur.df(rend,type="none",lags=1)
df2 = urca::ur.df(rend,type="none",lags=1)
df3 = urca::ur.df(rend,type="none",lags=1)
summary(df1)
#> 
#> ############################################### 
#> # Augmented Dickey-Fuller Test Unit Root Test # 
#> ############################################### 
#> 
#> Test regression none 
#> 
#> 
#> Call:
#> lm(formula = z.diff ~ z.lag.1 - 1 + z.diff.lag)
#> 
#> Residuals:
#>       Min        1Q    Median        3Q       Max 
#> -0.248803 -0.010187  0.003012  0.018642  0.243286 
#> 
#> Coefficients:
#>            Estimate Std. Error t value Pr(>|t|)    
#> z.lag.1    -1.00861    0.04032 -25.014   <2e-16 ***
#> z.diff.lag  0.01050    0.02854   0.368    0.713    
#> ---
#> Signif. codes:  0 '***' 0.001 '**' 0.01 '*' 0.05 '.' 0.1 ' ' 1
#> 
#> Residual standard error: 0.04045 on 1228 degrees of freedom
#> Multiple R-squared:  0.4991, Adjusted R-squared:  0.4983 
#> F-statistic: 611.8 on 2 and 1228 DF,  p-value: < 2.2e-16
#> 
#> 
#> Value of test-statistic is: -25.0142 
#> 
#> Critical values for test statistics: 
#>       1pct  5pct 10pct
#> tau1 -2.58 -1.95 -1.62

Les résultats pour le test sans constante ni tendance linéaire conduisent à rejeter l’hypothèse de racine unitaire contre celle d’une série de rendement intégrée d’ordre 0, donc stationnaire à l’ordre 1. Des résultats similaires sont obtenus pour les deux autres modèles.

Mais, on peut mettre en évidence une absence de stationnarité de la variance conditionnelle.

Pour ce faire, intéressons-nous à la distribution empirique de la série des rendements.

On utilise ici deux packages (fitdistrplus et car) permettant de représenter la distribution de la série et de mettre en évidence ses principales caractéristiques.

if(!("fitdistrplus" %in% installed.packages())){install.packages("fitdistrplus")}
library(fitdistrplus)
#> Le chargement a nécessité le package : MASS
#> Le chargement a nécessité le package : survival
rendement = as.numeric(rend)
fitdistrplus::plotdist(rendement, histo = TRUE, demp = TRUE)

L’absence de stationnarité en variance apparaît de deux manières.

Tout d’abord, la densité des rendements fait apparaître des valeurs extrêmes (des valeurs inférieures et supérieures, qui sont éloignées des autres valeurs de la série).

Ensuite, en observant la figure des quantiles, on peut noter que pour ces valeurs extrêmes, les quantiles calculées à partir de la densité estimée sont éloignées de celles d’une loi normale (les points à chaque extrémité se situent en dehors de la droite de Henry).

Etape 6.- Corrélogramme

acf(rendement)

La fonction acf ne montre aucun pic significatif (en dehors de l’autocorrélation en zéro qui vaut 1 par définition).

pacf(rendement)

La fonction pacf ne montre aucun pic significatif non plus, ce qui laisse supposer que le logarithme des rendements est un bruit blanc.

plot(zoo(rend,bitcoin$Date), xlab="Temps", main="Rendements journaliers", panel=my.panel, col=c("black", "blue"))
#> Warning in zoo(rend, bitcoin$Date): some methods for "zoo" objects do not work
#> if the index entries in 'order.by' are not unique

On peut le vérifier en demandant à R de trouver le meilleur modèle AR.

Il faut d’abord installer le package suivant :

if(!("fArma" %in% installed.packages())){install.packages("fArma", repos="https://R-Forge.R-project.org")}
library(fArma)
#> Le chargement a nécessité le package : timeDate
#> Le chargement a nécessité le package : timeSeries
#> 
#> Attachement du package : 'timeSeries'
#> The following object is masked from 'package:zoo':
#> 
#>     time<-
#> Le chargement a nécessité le package : fBasics
fit1 <- ar(rendement,aic=TRUE,order.max = 4,method=c("yule-walker"))
fit1 
#> 
#> Call:
#> ar(x = rendement, aic = TRUE, order.max = 4, method = c("yule-walker"))
#> 
#> 
#> Order selected 0  sigma^2 estimated as  0.001625

On peut noter que le meilleur modèle \(\mathrm{AR}\) sélectionné a zéro retard, ce qui signifie que le processus n’a pas de mémoire.

Etape 7.- Modélisation Box-Jenkins de la valeur absolue des rendements

Représentation de la valeur absolue des rendements

absrend = abs(rend)
my.panel <- function(...) {
  lines(...)
  abline(h=0)
}
plot(zoo(absrend,bitcoin$Date), xlab="Temps", main="Valeur absolue des rendements journaliers", panel=my.panel, col=c("black", "blue"))  
#> Warning in zoo(absrend, bitcoin$Date): some methods for "zoo" objects do not
#> work if the index entries in 'order.by' are not unique

Fonctions ACF et PACF avec 30 retards

absrendement = abs(rendement)
acf(absrendement,30)

pacf(absrendement,30)

La série de la valeur absolue des rendements est un indicateur de la variabilité de la série des rendements.

On peut remarquer que, contrairement à la série des rendements elle-même, la fonction ACF montre une décroissance très lente vers zéro et que de nombreux pics de la fonction PACF sont significatif.

C’est donc un processus qui a de la mémoire.

fit2 <- ar(absrendement,aic=TRUE,order.max = 16,method=c("yule-walker"))
fit2 
#> 
#> Call:
#> ar(x = absrendement, aic = TRUE, order.max = 16, method = c("yule-walker"))
#> 
#> Coefficients:
#>      1       2       3       4       5       6       7       8       9      10  
#> 0.2247  0.0536  0.0323  0.0282  0.0925  0.0429  0.0084  0.0536  0.0339  0.0429  
#>     11      12      13      14      15  
#> 0.0123  0.0241  0.0354  0.0137  0.0595  
#> 
#> Order selected 15  sigma^2 estimated as  0.0007895

Si nous décidions d’ajuster un processus \(\mathrm{AR}\) pur à la série, celui-ci comporterait un nombre de retards très élevé.

En effet, le meilleur modèle trouvé par R sur la base du critère AIC est un \(\mathrm{AR}(15)\).

Cependant, pour des raisons de parcimonie, il vaut mieux modéliser la série par un modèle \(\mathrm{ARMA}\), ce qui permet de réduire le nombre de retards de la composante \(\mathrm{AR}\).

Par ailleurs, si nous faisons la somme des coefficients de ce modèle, nous obtenons une valeur supérieure à 1, c’est-à-dire un modèle AR non stationnaire.

Pour trouver le meilleur modèle \(\mathrm{ARMA}\), nous utilisons le package timsac et la fonction autoarmafit.

if(!("timsac" %in% installed.packages())){install.packages("timsac")}
library(timsac)

La fonction autoarmafit est instable avec le jeu de données bitcoin. Il est nécessaire de relancer plusieurs l’ajustement pour btenir le résultat. La boucle suivante relance automatiquement cette fonction autoarmafit jusqu’à l’obtention d’un résultat.

pass=FALSE
count= 0
while(!pass & count<100) {
  try({count = count+1; resfitarma = autoarmafit(absrend) ; pass=TRUE}, silent = TRUE)
}
resfitarma
#> 
#> 
#> Case No. 1
#> 
#>  AR coefficient  Standard deviation
#>  1.190080    0.004809
#> 
#>  MA coefficient  Standard deviation
#>  0.922302    0.002106
#> 
#>  AIC -9824.960897
#>  Innovation variance 0.000343
#>  Final gradient  -1.330943e-02   -6.947614e-03
#> 
#> 
#> Case No. 2
#> 
#>  AR coefficient  Standard deviation
#>  1.190080    0.004993
#> 
#>  MA coefficient  Standard deviation
#>  0.922302    0.016243
#>  -0.000000   0.015685
#> 
#>  AIC -9822.960897
#>  Innovation variance 0.000343
#>  Final gradient  -1.330943e-02   -1.293673e-02   -6.947614e-03
#> 
#> 
#> Case No. 3
#> 
#>  AR coefficient  Standard deviation
#>  1.190080    1.773884
#>  -0.000000   2.110639
#> 
#>  MA coefficient  Standard deviation
#>  0.922302    1.773178
#>  -0.000000   1.635912
#> 
#>  AIC -9820.960897
#>  Innovation variance 0.000343
#>  Final gradient  -1.330943e-02   -1.293673e-02   -6.947614e-03   -6.993313e-03
#> 
#> 
#> Case No. 4
#> 
#>  AR coefficient  Standard deviation
#>  1.190080    0.030651
#>  -0.179966   0.030506
#> 
#>  MA coefficient  Standard deviation
#>  0.922302    0.012425
#> 
#>  AIC -8899.608718
#>  Innovation variance 0.000726
#>  Final gradient  3.644612e-05    -8.192525e-04   -7.917232e-04
#> 
#> 
#> Case No. 5
#> 
#>  AR coefficient  Standard deviation
#>  0.488862    0.061100
#>  -0.992404   0.063376
#>  0.324640    0.031418
#> 
#>  MA coefficient  Standard deviation
#>  0.159324    0.057111
#>  -0.953095   0.054989
#> 
#>  AIC -8709.395537
#>  Innovation variance 0.000844
#>  Final gradient  2.095691e-05    -4.740846e-05   -1.696870e-05   3.381068e-05    2.339559e-05
#> 
#> 
#> Case No. 6
#> 
#>  AR coefficient  Standard deviation
#>  0.488862    1.012758
#>  -0.992404   0.497869
#>  0.324640    1.005610
#>  0.000000    0.330087
#> 
#>  MA coefficient  Standard deviation
#>  0.159324    1.012517
#>  -0.953095   0.170246
#>  0.000000    0.965432
#> 
#>  AIC -8705.395537
#>  Innovation variance 0.000844
#>  Final gradient  2.095691e-05    -4.740846e-05   5.011632e-06    -1.696870e-05   3.381068e-05    2.339559e-05    7.087112e-05
#> 
#> 
#> Case No. 7
#> 
#>  AR coefficient  Standard deviation
#>  0.006854    3.668007
#>  0.002697    -0.000000
#>  0.026011    8338817624868309782300154535867981891532840462182926600231204659661548683560336611902894973066694942104671537161383549540325172925869742276116834849318554939887493339101858254016767246467072.000000
#>  -0.057293   773771846598217755631739308254425007090066840688974126391126883819414640032068001300994515997917416316788728610193473721228616318574841427174822032105799680.000000
#>  0.010207    1042497917008583210824624970127108915126976194832432606877611089274185568787185215043943855049088252402208426973214298476823579450817646539157992782366877145373179176614884248531416489156288167153153611188641866087410848082318364305428745668456125464842963758612480.000000
#>  0.017021    746330307694236338238942658687354320841057851530522132480.000000
#> 
#>  MA coefficient  Standard deviation
#>  0.922302    0.000722
#> 
#>  AIC -7132.319428
#>  Innovation variance 0.003055
#>  Final gradient  -3.661557e-01   5.304990e-313   1.226514e-311   2.440295e-311   NaN NaN 4.328871e-312
#> 
#> 
#> Case No. 8
#> 
#>  AR coefficient  Standard deviation
#>  0.025960    0.000000
#>  0.017487    0.000000
#>  0.019145    -6723736.414648
#>  0.025837    -1262712591965989632.000000
#>  0.022076    0.000000
#>  0.018524    122999027389912291110584628017770320002544900574014987373129924270868077717933051084800.000000
#>  0.024792    -0.000000
#>  0.023082    -0.000000
#> 
#>  MA coefficient  Standard deviation
#>  0.922302    0.019802
#>  -0.000000   0.019802
#> 
#>  AIC -7130.319428
#>  Innovation variance 0.003055
#>  Final gradient  -3.661557e-01   -3.599999e-01   NaN NaN 1.107682e-311   NaN 2.563371e-311   NaN 2.136850e-311   NaN
#> 
#> 
#> Best ARMA model
#>  AR coefficient (order = 1)  1.190080
#>  MA coefficient (order = 1)  0.922302

Le meilleur modèle sur la base des critères d’information est un \(\mathrm{ARMA}(1,1)\).

Nous estimons donc un modèle \(\mathrm{ARIMA}(p,d,q)\), avec \(d=0\) et \(p=q=1\) et appliquons des tests de diagnostic sur les résidus estimés

fit3 <-arima(absrendement, order = c(1,0,1))
summary(fit3)
#> 
#> Call:
#> arima(x = absrendement, order = c(1, 0, 1))
#> 
#> Coefficients:
#>          ar1      ma1  intercept
#>       0.9655  -0.8495     0.0261
#> s.e.  0.0141   0.0317     0.0034
#> 
#> sigma^2 estimated as 0.0007948:  log likelihood = 2648.21,  aic = -5288.42
#> 
#> Training set error measures:
#>                        ME       RMSE        MAE       MPE     MAPE      MASE
#> Training set -5.52245e-05 0.02819305 0.01873146 -589.4972 616.9377 0.8091762
#>                   ACF1
#> Training set 0.1052497
plot(fit3)

#> 
#>  Ljung-Box test
#> 
#> data:  Residuals from ARIMA(1,0,1) with non-zero mean
#> Q* = 24.079, df = 7, p-value = 0.001104
#> 
#> Model df: 3.   Total lags used: 10
library(car)
#> Le chargement a nécessité le package : carData
#> 
#> Attachement du package : 'car'
#> The following object is masked from 'package:fBasics':
#> 
#>     densityPlot
car::qqPlot(fit3$residuals)

#> [1]   14 1072

L’estimation du modèle \(\mathrm{ARMA}(1,1)\) montre un modèle dont les composantes \(\mathrm{AR}\) et \(\mathrm{MA}\) sont proches de racine unitaire, ce qui n’est pas étonnant au vu des fonctions acf et pacf.

On peut donc s’attendre à ce qu’un choc ait des effets persistants sur la volatilité de la série des rendements.

Pour savoir si le modèle est convenablement estimé, il convient d’examiner :

  • les résidus standardisés ;
  • la fonction ACF des résidus ;
  • le QQ-plot ;
  • et effectuer des tests de corrélation des résidus.

La fonction checkresiduals permet de vérifier les propriétés des résidus d’estimation et la fonction qqPlot du package car permet de tracer le diagramme comparatif des quantiles des résidus estimés par rapport à ceux d’une loi normale. Les figures montrent que les résidus ne suivent pas un processus de bruit blanc mais contiennent des autocorrélations.

Le dernier graphique montre une différence entre les quantiles des résidus et ceux d’une loi gausienne, notamment pour les valeurs les plus élevées.

Etape 8.- Modélisation ARCH/GARCH des résidus

On prend l’exemple d’un effet \(\mathrm{ARCH}(2)\), la procédure étant valable pour n’importe quel retard.

Il suffit de changer dans l’option lags le retard souhaité.

Nous avons vu que la moyenne de la série des rendements était proche de zéro et que le meilleur modèle pour décrire la moyenne conditionnelle est un bruit blanc. Par ailleurs, nous avons constaté que la variabilité des rendements comporte des autocorrélations décrites par un modèle \(\mathrm{ARMA}\).

La même conclusion s’appliquerait si l’on modélisait le carré des rendements. Or, nous savons qu’un modèle \(\mathrm{GARCH}\) appliqué à une série donnée peut être représentée sous la forme d’un modèle \(\mathrm{ARMA}\) appliqué aux carrés des observations initiales.

Nous effectuons donc le test ARCH sur les rentabilités. En effet, au vu de ce qui vient d’être dit, il est probable qu’elles soient décrites par un bruit blanc avec une variance conditionnelle hétéroscédastique.

if(!("FinTS" %in% installed.packages())){install.packages("FinTS")}
library(FinTS)
#> 
#> Attachement du package : 'FinTS'
#> The following object is masked from 'package:forecast':
#> 
#>     Acf
rend.archTest <- ArchTest(rend, lags = 2, demean = TRUE)
rend.archTest
#> 
#>  ARCH LM-test; Null hypothesis: no ARCH effects
#> 
#> data:  rend
#> Chi-squared = 166.99, df = 2, p-value < 2.2e-16

Comme on le voit, l’hypothèse nulle d’absence d’effets ARCH est rejetée.

Estimation d’un modèle GARCH

if(!("fGarch" %in% installed.packages())){install.packages("fGarch")}
library(fGarch)
if(!("tseries" %in% installed.packages())){install.packages("tseries")}
require(tseries)
#> Le chargement a nécessité le package : tseries
rend.garch <- garch(as.numeric(rend), trace=FALSE)
#> Warning in sqrt(pred$e): production de NaN
rend.fitgarch <- garchFit(~garch(1,1), data = rend)
#> 
#> Series Initialization:
#>  ARMA Model:                arma
#>  Formula Mean:              ~ arma(0, 0)
#>  GARCH Model:               garch
#>  Formula Variance:          ~ garch(1, 1)
#>  ARMA Order:                0 0
#>  Max ARMA Order:            0
#>  GARCH Order:               1 1
#>  Max GARCH Order:           1
#>  Maximum Order:             1
#>  Conditional Dist:          norm
#>  h.start:                   2
#>  llh.start:                 1
#>  Length of Series:          1232
#>  Recursion Init:            mci
#>  Series Scale:              0.04031482
#> 
#> Parameter Initialization:
#>  Initial Parameters:          $params
#>  Limits of Transformations:   $U, $V
#>  Which Parameters are Fixed?  $includes
#>  Parameter Matrix:
#>                      U           V     params includes
#>     mu     -0.66104924   0.6610492 0.06610492     TRUE
#>     omega   0.00000100 100.0000000 0.10000000     TRUE
#>     alpha1  0.00000001   1.0000000 0.10000000     TRUE
#>     gamma1 -0.99999999   1.0000000 0.10000000    FALSE
#>     beta1   0.00000001   1.0000000 0.80000000     TRUE
#>     delta   0.00000000   2.0000000 2.00000000    FALSE
#>     skew    0.10000000  10.0000000 1.00000000    FALSE
#>     shape   1.00000000  10.0000000 4.00000000    FALSE
#>  Index List of Parameters to be Optimized:
#>     mu  omega alpha1  beta1 
#>      1      2      3      5 
#>  Persistence:                  0.9 
#> 
#> 
#> --- START OF TRACE ---
#> Selected Algorithm: nlminb 
#> 
#> R coded nlminb Solver: 
#> 
#>   0:     1582.4632: 0.0661049 0.100000 0.100000 0.800000
#>   1:     1557.6022: 0.0661056 0.0720138 0.105168 0.786470
#>   2:     1508.8654: 0.0661073 0.0247098 0.192060 0.810201
#>   3:     1508.5403: 0.0661061 0.0164188 0.191462 0.807677
#>   4:     1507.1867: 0.0661054 0.0202609 0.192672 0.809303
#>   5:     1506.9976: 0.0660911 0.0178896 0.193144 0.812905
#>   6:     1506.9800: 0.0660896 0.0186570 0.193963 0.813410
#>   7:     1506.9214: 0.0660758 0.0180143 0.194641 0.812637
#>   8:     1506.8657: 0.0660474 0.0185644 0.196859 0.811829
#>   9:     1506.7711: 0.0659720 0.0185989 0.199807 0.808055
#>  10:     1506.6497: 0.0655732 0.0198645 0.206230 0.803847
#>  11:     1506.6016: 0.0650174 0.0169124 0.208413 0.807425
#>  12:     1506.4979: 0.0644215 0.0183732 0.210593 0.804461
#>  13:     1506.4899: 0.0638859 0.0188138 0.212683 0.799288
#>  14:     1506.4450: 0.0635737 0.0196571 0.213777 0.799430
#>  15:     1506.4158: 0.0632545 0.0191392 0.214542 0.799156
#>  16:     1506.3920: 0.0626155 0.0192583 0.216414 0.799057
#>  17:     1506.3559: 0.0613262 0.0189082 0.218578 0.797454
#>  18:     1506.3297: 0.0601546 0.0198797 0.225131 0.791993
#>  19:     1506.3234: 0.0588542 0.0196058 0.224975 0.792854
#>  20:     1506.3218: 0.0594187 0.0194383 0.225991 0.792599
#>  21:     1506.3217: 0.0593140 0.0194565 0.225920 0.792714
#>  22:     1506.3217: 0.0592585 0.0194423 0.225840 0.792751
#>  23:     1506.3217: 0.0592828 0.0194455 0.225868 0.792732
#>  24:     1506.3217: 0.0592812 0.0194455 0.225866 0.792733
#> 
#> Final Estimate of the Negative LLH:
#>  LLH:  -2449.675    norm LLH:  -1.988373 
#>           mu        omega       alpha1        beta1 
#> 2.389911e-03 3.160443e-05 2.258665e-01 7.927335e-01 
#> 
#> R-optimhess Difference Approximated Hessian Matrix:
#>                  mu        omega        alpha1         beta1
#> mu     -2012069.087      4414224      2073.153      1129.307
#> omega   4414224.412 -49770170034 -12382881.911 -25661577.445
#> alpha1     2073.153    -12382882     -7564.989    -11848.623
#> beta1      1129.307    -25661577    -11848.623    -21545.991
#> attr(,"time")
#> Time difference of 0.01623797 secs
#> 
#> --- END OF TRACE ---
#> 
#> 
#> Time to Estimate Parameters:
#>  Time difference of 0.06680989 secs
#> Warning: Using formula(x) is deprecated when x is a character vector of length > 1.
#>   Consider formula(paste(x, collapse = " ")) instead.
summary(rend.fitgarch)
#> 
#> Title:
#>  GARCH Modelling 
#> 
#> Call:
#>  garchFit(formula = ~garch(1, 1), data = rend) 
#> 
#> Mean and Variance Equation:
#>  data ~ garch(1, 1)
#> <environment: 0x7f834d32f698>
#>  [data = rend]
#> 
#> Conditional Distribution:
#>  norm 
#> 
#> Coefficient(s):
#>         mu       omega      alpha1       beta1  
#> 2.3899e-03  3.1604e-05  2.2587e-01  7.9273e-01  
#> 
#> Std. Errors:
#>  based on Hessian 
#> 
#> Error Analysis:
#>         Estimate  Std. Error  t value Pr(>|t|)    
#> mu     2.390e-03   7.057e-04    3.387 0.000707 ***
#> omega  3.160e-05   7.822e-06    4.040 5.34e-05 ***
#> alpha1 2.259e-01   3.348e-02    6.746 1.52e-11 ***
#> beta1  7.927e-01   2.459e-02   32.241  < 2e-16 ***
#> ---
#> Signif. codes:  0 '***' 0.001 '**' 0.01 '*' 0.05 '.' 0.1 ' ' 1
#> 
#> Log Likelihood:
#>  2449.675    normalized:  1.988373 
#> 
#> Description:
#>  Sat Aug  7 18:04:50 2021 by user:  
#> 
#> 
#> Standardised Residuals Tests:
#>                                 Statistic p-Value     
#>  Jarque-Bera Test   R    Chi^2  1218.332  0           
#>  Shapiro-Wilk Test  R    W      0.9335583 0           
#>  Ljung-Box Test     R    Q(10)  32.07275  0.0003894103
#>  Ljung-Box Test     R    Q(15)  35.41594  0.002144752 
#>  Ljung-Box Test     R    Q(20)  41.2902   0.003418284 
#>  Ljung-Box Test     R^2  Q(10)  10.02653  0.4381686   
#>  Ljung-Box Test     R^2  Q(15)  14.15706  0.5136526   
#>  Ljung-Box Test     R^2  Q(20)  23.51934  0.2640189   
#>  LM Arch Test       R    TR^2   10.705    0.5543548   
#> 
#> Information Criterion Statistics:
#>       AIC       BIC       SIC      HQIC 
#> -3.970252 -3.953640 -3.970273 -3.964002
acf(rend.fitgarch@residuals)

À titre d’exemple, nous estimons un modèle \(\mathrm{GARCH}(1,1)\). Le corrélograme montre que les résidus ne contiennent plus d’autocorrélation, mais les tests de Ljung-Box montrent que des autocorrélations subsistent dans les résidus d’estimation.

En effet, les niveaux de significativité des tests (\(p\)-value) sont petits et inférieurs à \(5\%\).

Mais, ces autocorrélations ne captent plus des effets ARCH (la \(p\)-pvalue du test ARCH dépasse \(5\%\)).

Les autocorrélations qui subsistent correspondent vraisemblablement à d’autres hypothèses (par exemple l’existence de dynamiques non-linéaires).